Exposition de tableaux

Publié le par Franca

Musée d'art et d'histoire de Fribourg.

 

Oui, je savoure ces moments rares, que sont nos sorties familiales et culturelles.

J'erre d'un tableau à l'autre, dans les couloirs emplis de bourdonnements de voix.

Sur des cloisons, étaient fixés des œuvres de Pierre-Alain Morel. Il propose traces et formes, révélatrices d'une façon d'être, un langage, un vocabulaire qu'il tente de rendre plus universels, que seulement personnels.

Certains visiteurs commentent chaque tableaux. Parmi eux, des personnages élégants hochent la tête d'un air pensif et admiratif. Quant à moi, mon regard survole les toiles, mais ne comprends rien.

En me dirigeant vers la sortie, j'aperçois sur le dernier mur, ce tableau apaisant, chaleureux, me poussant à la réflexion et à la contemplation. Je ne sais pourquoi, mais celui-ci, me parlait plus que les autres.

-"Il serait bien accroché dans mon salon, pour l'admirer indéfiniment et sans vergogne !" je me suis fait cette réflexion, sans trop y croire, car il était totalement inaccessible.

Comme dans un labyrinthe, je reviens sur mes pas, je déambule et contemple en silence. En milieu de parcours, étaient disposés quelques bancs. Je m'approche, nous étions de nombreux spectateurs, certains assis à même le sol, dans un silence religieux nous admirions un tableau peu commun. Indéfinissable.

Malgré une atmosphère humide et une température élevée, je me glisse entre deux personnes. Épaules contre épaules, je perçois l'haleine de mon voisin, qui rumine de la chlorophylle et de l'autre côté, comme un petit vent, l'odeur d'un bonbon à la réglisse, m'écœure.

J'ai eu l'impression d'être confinée, comme dans une petite boîte, et là, je ne sais pourquoi, je m'exclame "il fait chaud, non?" Les gens gloussent, complices, les corps s'agitent en signe de désapprobation.

A cet instant, je m'énerve contre moi-même, dans l'embarras, j'emprunte l'une des portes de sortie latérales.

Au début, j'étais un peu sceptique, mais finalement, j'ai aimée cette sensation de me perdre d'une œuvre à l'autre, comme dans différents mondes, de rêver, d'être ailleurs un bref instant.

A bientôt !

Bisous

Franca

 

Exposition de tableaux Exposition de tableaux Exposition de tableaux

Publié dans Famille

Commenter cet article