Quel temps !

Publié le par Franca

Jour de brouillard, de neige et de pluie.

Comme tous les matins, je regarde par la fenêtre dès mon réveil.

Les contours du paysage ont disparu.

Je ne distingue pas la ligne de séparation entre le sol et le ciel. Les arbres aux branches noires et dépouillées émergent comme des algues immenses d'un aquarium.

J'aime observer tous les matins, l'état de ma petite cour, devant ma maison. Je m'agenouille et fourre mon nez parmi les débris de plantes et de boues. Un tas de roches sédimentaires détritiques suinte, les arômes me frôlent, odeurs feutrées. A ma droite, j'aperçois mon buisson, noyé dans une brume environnante.

 

 

 

 

 

Le brouillard embrouillé.

Sournois, il escamote et s'entortille, dans une interminable étole vaporeuse, les parfums du sol et de l'air. Amas de fines gouttelettes ou plutôt de fins cristaux de glace m'entourent. Comme une impression d'être dans un nuage, perdue dans une fumée de mer.

J'en perds mes repères.

Ce brouillard d'évaporation se forme au-dessus d'une surface d'eau libre en contact avec de l'air glacial, mais ici, mes plantes en évapotranspiration mènent à ce type de brouillard ou peut-être encore, l'humidité du chauffage de la maison.

Je préfère rentrer prendre un bon petit déjeuner, du café et des croissants m'attendent.

 

Jour de neige, jour blanc.

Plus tard dans la journée, je sors à nouveau, juste sur le perron car  il neige !

Un temps laiteux, un voile blanc semble m'envelopper. Des flocons frôlent mon visage.

Les effluves crépitent, effet de sel et de cuivre, comme des grains de poivre. Un souffle de vent cinglant, le blizzard me gèle les pommettes. Une atmosphère glacée, une poudrerie déplace la neige dernièrement tombée.

Une lueur blanche brouille ma vue, je ne discerne ni ombres, ni horizon. Quel phénomène optique et atmosphérique particulier !

J'en perds mes repères.

 

Jour de pluie, jour gris.

C'est fou ! Maintenant il pleut ! 

Bien au chaud, depuis mon salon, j'entends des gouttes d'eau marteler mes carreaux et chuter lourdement au sol.

Des gouttelettes se déplacent dans toutes les directions à des vitesses différentes. Elles se heurtent l'unes dans l'autres pour former des gouttes plus grosses.

Quel phénomène naturel ! Ensemble de gouttes d'eau dues à la condensation de la vapeur d'eau....

Il pleut à verse, des flaques se sont formées et l'aire exhale un goût de flotte. 

Toute la journée la tête tournée vers le ciel et sa drôle de météo, je respire le parfum engourdi de la terre.

Je retrouve mes repères.

 

Pour finir, en espérant un petit rayon de soleil pour la fin de journée, je cite le dicton du jour :

 

PLUIE DE FÉVRIER,    EMPLIE LES GRENIERS.

Publié dans Météo, Perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

iamnais 26/02/2017 21:03

J'ai rarement lu un aussi beau texte sur un blog. J'en ai presque entendu les gouttes d'eau depuis ma chambre ! Bonne soirée

Franca 26/02/2017 21:35

Merci beaucoup pour ton compliment ! Bonne soirée.

Nadia 26/02/2017 16:36

Très agréable à lire, encore une fois. Les images viennent directement en tête, c'est plaisant !

Franca 26/02/2017 16:42

Oui la météo toute une histoire ! Merci beaucoup. Bonne fin de journée.

Yvette 26/02/2017 15:18

Oh que c'est bien écrit, magnifique! Superbe prose! Je ne connaissais pas le dicton de février sous la pluie.
Bon dimanche Franca

Franca 26/02/2017 15:42

Merci beaucoup ! Et bon dimanche aussi à toi Yvette.

Jolihibiscus 26/02/2017 00:41

J'ai beaucoup aimé la façon dont tu as écrit ton article :)

Franca 26/02/2017 09:50

Merci beaucoup ! Bonne journée.

Amelia 25/02/2017 10:12

Vous avez une très plume. C'est superbe ! Bravo !

Franca 25/02/2017 14:48

Merci beaucoup ! Bonne journée. Bisous

Serena 24/02/2017 20:16

Coucou,
Oh comme c'est bien écrit, j'ai adoré ! Et tes photos sont super sympa :)
Gros bisous !

Franca 24/02/2017 23:00

Merci beaucoup pour ton gentil commentaire et d'avoir remarquer mes photos....Bisous.