Bientôt les vacances.

Publié le par Franca

Bientôt les vacances.

Photos de vacances ? Oui, mais...

Je ne suis vraiment pas douée pour prendre des photos. Souvent, je suis déçue du résultat délimité par un cadre qui m'échappe, figé dans une drôle de posture. Je ne sais pas non plus saisir l'instant, je n'ai pas le réflexe de prendre la photo ou encore pire quand l'image est trouble.

J'ai tenté aussi la peinture, toile et peinture à l'huile, mais il me semble que mes yeux et ma main refusent l'amorce d'un dialogue. Le pinceau m'échappe ! 

Heureusement, il me reste l'écriture pour garder des souvenirs. Écrire, décrire tout en détail.

Encore une année sans vacances, mes souvenirs mis sous clef dans les coffres de ma mémoire, je me repasse mon magot immatériel, sans me lasser. Souvenirs, souvenirs...

Les caillasses, le buis sauvage et le vent qui retrousse les grands arbres, dispersant un essaim d'odeurs entortillées typique des vacances. Des sons aux accents chantants me bercent et me transportent.

On entend et respire les vacances.

Des camionnettes à frites, logées dans l'encoche d'une route fréquentée par des touristes, embaument. Au centre, le marché du village, les savonnettes, les saucissons, les spécialités du pays de même que des vêtements, des chaussures,  des sacs à main, des lunettes, les stands se succèdent. Au marché, on y respire la lavande, les herbes de cuisine et les condiments à l'ail. 

Sur les bords de piscines, les bords de lacs ou de mer, le soleil et sable fin, offrent les mêmes accords de crème solaire.

C'est l'heure de l'apéro !

Un des meilleur moment, l'apéro bien mérité, dans les cafés de villages, où se réunissent en fin de journée l'estivant et l'habitant. Le petit monde réunit sous les platanes, suintent l'anis étoilé du pastis, le miel aigre de la bière ou le pamplemousse vert du petit rosé, le tout mêlé, aux traces résiduelles d'ambre solaire. 

Alors, santé tout le monde !

Je me souviens de ces vacances lointaines, ces moments passés en tant que touristes en claquettes.

Depuis, j'imagine, j'attends avec des mots qui se succèdent, va et vient rapide entre mes souvenirs qui remontent et ma main qui écrit.

Je n'ai pas encore commencé mon article que les phrases prennent forme doucement, puis s'évaporent.

Publié dans Perso, Life style

Commenter cet article

Yvette 24/06/2017 21:05

Je ne suis pas partie en vacances depuis 1994, en 96 cancer et puis ma maison pleine de chats alors on restait avec mon mari, tranquilles dans la rue. Et les souvenirs remontent à la surface surtout depuis que je suis seule maintenant. A 75 ans on a eu le temps d'en accumuler des souvenirs!. Très jolie prose , quand on écrit c'est comme en peinture , une fois qu'on a commencé on ne peut plus s'arrêter. Bon dimanche

Franca 24/06/2017 21:47

Oui heureusement que les souvenirs sont là...merci et bon dimanche à vous aussi.